Logo von Frische Luft für wache Köpfe

Une position commune des propriétaires, des exploitants et des utilisateurs sur l’importance d’un air intérieur de qualité dans les salles de classe est cruciale.

Développement d’une position commune et d’objectifs contraignants

L’étanchéité de l’enveloppe du bâtiment a également une influence sur la qualité de l’air intérieur dans les bâtiments scolaires. Cependant, le taux d’occupation élevé constitue le point le plus critique. Cette réalité justifie à elle seule l’élaboration d’un concept de ventilation pour tout nouveau bâtiment scolaire et toute rénovation profonde. Cette tâche incombe aux architectes et aux planificateurs en ventilation. Cependant, la première pierre doit être posée par le client, responsable de définir les exigences concrètes à satisfaire. Cela signifie qu’il doit indiquer aux responsables de la planification la qualité de l’air intérieur à atteindre pendant le temps d’enseignement, par exemple une qualité d’air ambiant conforme à la norme SIA 382/1 ou le niveau de CO₂ qui ne doit pas être dépassé en fonctionnement normal. Cette démarche doit être effectuée pour chaque projet de construction.

Dans un premier temps, il est conseillé de discuter ouvertement du sujet avec toutes les personnes concernées, par exemple en organisant une table ronde avec les représentants des utilisateurs (autorités scolaires, direction de l’établissement), des propriétaires, du maître d’ouvrage (service des bâtiments), de l’exploitant (service immobilier du service des bâtiments) et des responsables des questions énergétiques et environnementales. Le présent document ainsi que les informations de la campagne « De l’air frais pour des idées claires » peuvent servir de base de discussion (www.aerer-les-ecoles.ch), l’objectif étant de s’accorder sur

  • la nécessité d’étudier attentivement la question de la ventilation lors de chaque projet de nouvelle construction scolaire ou de rénovation,
  • le fait que le rôle premier de la ventilation est de garantir la bonne qualité de l’air intérieur tout en préservant une efficacité énergétique élevée, et
  • les objectifs à atteindre en matière de qualité de l’air intérieur (voir FICHE THÉMATIQUE B pour les recommandations de l’OFSP).

Des ressources doivent systématiquement être allouées à la planification et à la mise en œuvre complète d’un concept de ventilation ; l’aération suffisante des salles de classe ne doit pas être un « poste d’économies ». Les nouveaux bâtiments et les rénovations doivent correspondre à l’état reconnu dans le monde de la construction. Sur la base de la décision de principe adoptée d’un commun accord, les exigences de chaque projet de construction peuvent ensuite être formulées.

Approches de mise en œuvre techniquesLes concepts de ventilation peuvent être divisés en concepts prévoyant une ventilation naturelle par les fenêtres (manuelle ou automatique), un transport mécanique de l’air ou une combinaison des deux. Le concept de ventilation le plus pertinent doit être déterminé pour chaque nouveau bâtiment ; la « solution miracle » n’existe pas. Cependant, il existe plusieurs options (voir exemples sur FICHE THÉMATIQUE E). Chaque solution a ses avantages et ses inconvénients. Les différences concernent

  • la performance et les moyens de contrôle de la qualité de l’air intérieur,
  • la simplicité ou la complexité du système,
  • l’espace requis et l’ampleur de l’intervention,
  • les possibilités de filtration de l’air extérieur et d’isolation acoustique,
  • les possibilités de récupération de chaleur et d’optimisation énergétique,
  • l’entretien/la maintenance ainsi que
  • les coûts d’installation, de maintenance, et les coûts énergétiques liés à l’exploitation du système.


Continuer     Aspects pertinents dans l’élaboration d’un concept de ventilation